La panne

Si il y a bien une chose que chaque créateur et créatrice redoute mais qui arrive inévitablement, c’est la panne d’inspiration. J’ai envie de dire que dans mon cas c’est cyclique, environ une fois par an je sèche.

Quand cela m’arrive inutile de me mettre devant la table et d’essayer de faire quoi que ce soit car il n’en ressort jamais rien de bon. Du coup, je file faire autre chose, quelque chose de différent et qui m’occupe la tête complètement afin de ne surtout plus penser à la polymère et son univers. Cette année encore, j’ai fuis la panne en plongeant à fond dans la rénovation de notre couloir : gratter le crépis saumon posé il y a 20 ans, poncer les murs de plâtre, enduire, reponcer, peindre dans des tons de plus neutres et plus apaisants. Refaire le plafond, repeindre les portes et les portes de placard et enfin refaire le carrelage au sol dans la continuité du reste de la maison. Bref une occupation à plein temps qui m’a tenue écartée de mon atelier pendant au moins 2 mois!!!

Mais tous les soirs, j’allais faire un petit tour sur le net pour me reconnecter quelques instants. Et tous les jours, je me suis régalée des posts de Mélanie West qui nous déniche des artistes de tous pays travaillants tous les matériaux imaginables. Ces posts sont toujours d’une grande inspiration. Merci Mélanie!

Cette fois encore ça a fait « TILT » en découvrant cette oeuvre de Jiro Kamata artiste japonais installé à Munich.

Jiro Kamata

La superposition des pièces comme jetées en vrac m’a interpellée et depuis elle me trottait dans la tête. Du coup quand la fin de la récré a enfin sonnée, je savais quelle direction prendre avec la polymère.

Bien sur cela ne vient pas d’un coup d’un seul. Il faut essayer, recommencer, améliorer, prendre un autre chemin, digresser pour commencer à voir naître ce que l’on avait senti tout au fond de soi.

La première ébauche était basée sur des tons neutres, des imitations de matières brutes. Forcément mon fils m’a dit que cela manquait de couleur mais qu’il aimait l’imitation d’ardoise à cause de la dimension qu’elle apportait.


Deuxième et troisième essais : arrivée de la couleur, mais toujours la sensation que cela manque de punch et de relief.


Du relief à la 3D il n’y avait qu’un pas. On ajoute une couleur bien chaude et bien intense et voilà, on y est. Ca tient la route, c’est plaisant à regarder, la construction se met en place et c’est parti pour une mini série.


 

Du coup l’idée de réduire la taille pour faire des boucles d’oreilles assorties vient me titiller, et voilà! Elles sont légères, agréables à porter et trois autres paires sont déjà en préparation.


Alors je ne sais pas vous, mais perso la panne d’inspiration ne me fait pas vraiment peur car à chaque fois j’ai l’impression de renaître, et ça fait du bien au moral. Il faudra juste trouver autre chose à rénover pour la prochaine fois…. mais quoi? Hum je sèche!!!!

 

3 comments

  1. Jade says:

    Et oui ca faisait longtemps ! Rien de mieux en effet quand la panne est là de s’occuper à tout autre chose ! La preuve encore une fois chez toi! Ce sont de très belles pièces Sylvie et c’est vrai que l’ ajout de couleur plus intense est parfaite . merci de partager les photos de tes ébauches …rien ne vient d’un coup c’est sûr il y en a du travail , des essais et des recherches ! Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.